Le Comité Anti-Bwaki vient d’organiser, du 4 au 6 janvier 2018, les 11ès Journées Champêtres à l’école primaire Walungu Centre, dans le territoire de Walungu, sous le thème « Agriculture familiale, souveraineté alimentaire et entrepreneuriat rural ». Ces journées ont rassemblé les agriculteurs plus de 5.000 personnes (agriculteurs, éleveurs, artisans, membres des unités de production), comme exposants et visiteurs, en provenance de 3 Territoires de la Province du Sud-Kivu à savoir,  Kalehe, Kabare et Walungu, et de la Ville de Bukavu.

Ces journées champêtres sont, plus que de mini-foires agricoles, des occasions d’échanges d’expériences entre les producteurs, des moments pour montrer les résultats atteints au niveau de la production et du développement local, grâce à l’adoption des techniques durables vulgarisées par le Comité Anti-Bwaki.

Les trois jours ont été marqués par l’exposition des produits agricoles et de fabrication artisanale réalisés par les paysans, les présentations des expériences réussies mais aussi des défis et difficultés que rencontrent les producteurs.

Pour les 11è Journées Champêtres, les différents orateurs ont insisté sur :
1° La nécessité d’augmenter la production au niveau des familles, de professionnaliser l’agriculture et de viser le marché, en adoptant des techniques agro-écologiques et durables. A ce sujet, les échantillons des produits exposés dans les stands ont été révélateurs de l’immense potentiel dans nos villages (des choux de 25 kg, des courges allant jusqu’à 30 kg, des pieds de haricot volubile ayant 254 gousses,…) à la condition que les paysans accèdent à des facilités nécessaires (crédits) et qu’ils soient sécurisés et à l’abri des tracasseries administratives, policières et fiscales;
2° La priorité à donner à la souveraineté alimentaire : nos milieux doivent être libérés de la colonisation par les produits agricoles importés. Nous sommes en train d’importer des produits alimentaires que nous pouvons avoir sur place. Nous dépendons de plus en plus des importations, même des produits comme la farine de manioc, le riz, l’huile de palme, les tomates… alors que nos sols sont fertiles et que nous avons la possibilité de produire tout cela et d’en exporter.  Nous nous fragilisons en nous mettant à la merci des produits alimentaires importés, dont nous ne connaissons ni l’origine ni les conditions de production; nous nous appauvrissons en exportant nos devises et en exposant notre santé. Nous devons revenir au reflexe de la production et de la consommation locale. Nous avons besoin des pouvoirs publics qui sécurisent nos marchés, protègent notre production et nous accompagnent dans une politique concrête de souveraineté alimentaire.
3°  La vision de la transformation et de la mise sur le marché des produits locaux finis : nous devons transformer, bien conditionner nos produits afin de les rendre compétitifs sur le marché local. L’agriculteur doit devenir professionnel, en ne produisant plus seulement pour l’autosubsistance, et en visant la transformation et la commercialisation.

Les cérémonies ont été rehaussées par la présence de Madame la Ministre Provinciale de l’Agriculture, du Chef de Bureau de la MONUSCO, des autorités de la Chefferie de Ngweshe et du Territoire de Walungu, mais aussi des délégations des ONG locales et internationales.

La quantité et la qualité de ces produits exposés sont une preuve suffisante que l’agriculture et l’élevage constituent le socle de la souveraineté alimentaire et un moyen sûr de création d’emplois dans les villages. Les 11 èmes Journées Champêtres ont été une opportunité pour les éleveurs, agriculteurs et artisans d’exposer et vendre leurs produits. Des prix d’encouragement ont été decernés, par le CAB, aux meilleurs producteurs et artisans, aux meilleurs produits aux meilleures organisations des producteurs.

 

Eugénie MALIKOPO

Janvier 2018.

Les 11èmes Journées Champêtres se sont déroulées du 04 au 06 janvier 2018 à Walungu!
Partagez :